Première Réponse

L'actu rien que de l'actu !

Eurobsit : La lutte contre la contrefaçon de médicaments passera par des outils adaptés

À travers le monde, un médicament sur dix est contrefait. Engagée dans la lutte contre la falsification, la France a lancé le 9 février le dispositif de sérialisation prévue dans la Directive européenne de 2011. Il vise à protéger les patients des dangers des médicaments contrefaits, responsables selon l’OMS de très nombreux décès chaque année. Cet enjeu de santé publique mobilise l’ensemble des acteurs du médicament, impliquant les laboratoires, les fabricants autant que les distributeurs en contact avec les patients. Alors que Philippe Lamoureux (direction générale du Leem) explique que le remboursement des médicaments sur ordonnance limite l’incitation à la contrebande sur le territoire français, les professionnels sont divisés sur le sujet.

Fonctionnement du dispositif

La sérialisation consiste à tracer les médicaments sur ordonnance grâce à un code informatique unique et aléatoire, appelé sérialisation, imprimé sur chaque boîte. Cet identifiant est enregistré sur un HUB européen. À la délivrance de la boîte, le code informatique est scanné et l’information envoyée au Répertoire et base de données Nationale de Vérification, elle-même reliée au HUB. La vérification de l’identifiant du médicament s’effectue par comparaison entre le code transmis par le dépositaire et par le dispenseur. Une fois la vérification achevée, le dispenseur désactive le code informatique de la boîte afin qu’il ne soit pas piraté.

Application complexe

Alors que les chaînes de production peuvent aujourd’hui délivrer les codes informatiques uniques, Philippe Besset (fédération des pharmaciens d’officine) annonce que les pharmacies françaises ne sont pas prêtes pour la sérialisation. Outre l’installation et la maîtrise du logiciel permettant la transmission des données, des problématiques concrètes se posent aux pharmaciens d’officine à propos de la facturation des médicaments et, entre autres, des préparations officinales pour les patients d’Ehpad. L’Union des syndicats des pharmaciens soulève enfin un problème d’image du pharmacien : que faire si le médicament est contrefait ?

Plus de précisions sur le commerce illicite ? Visitez Eurobsit, l’observatoire européen du commerce illicite

Eurobsit : La lutte contre la contrefaçon de médicaments passera par des outils adaptés
Rate this post